Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association  l'Ours Blanc

L'Ours Blanc est une association à but non lucratif de type "loi 1901", qui a pour objectif de regrouper 
des créateurs, artistes ou intellectuels d'expressions diverses, afin de faciliter la réalisation d'œuvres communes ou individuelles. L'Ours Blanc, 28 rue du Moulin de la Pointe, 75013 Paris

"Anna Hanoum", roman de Véronique Pornin

Publié le 5 Janvier 2010 par VP in Romans, Le catalogue de l'Ours Blanc

"Anna Hanoum", roman de Véronique Pornin


Anna Hanoum
un roman de
Véronique Pornin

Préface d'Altan Gokalp, Directeur de Recherche CNRS

Préface (extrait)

"On connaît la formule attribuée à Karl Marx : "L'histoire ne se répète pas ; elle bégaye". Le conflit gréco-turc qui oppose la Grèce et la Turquie depuis plusieurs décennies à propos de Chypre, au point d'en faire une "question nationale" dans les deux pays, une intervention militaire turque qui a mis fin à l'effroyable humiliation d'une "Grèce des colonels", n'est au fond qu'un remake d'une autre tragédie, aujourd'hui oubliée sous les parasols des paradis du soleil pour les vacanciers venus de partout.

La révolte crétoise qui débuta dans la seconde moitié du XIXe siècle pour aboutir en 1911 au rattachement de l'île à la Grèce fut en son temps un véritable arrachement pour les consciences turques passablement humiliées par les morts sans sépultures de milliers de jeunes d'Anatolie aux confins d'un empire moribond ; statut de dhimmîu, au Yémen, en Tripolotaine etc. La question crétoise a occupé une place symbolique et imaginaire bien plus importante alors pour les consciences grecques et turques que la question chypriote actuelle. "Mourir pour la Crète" était une évidence pour les Grecs et les Turcs... fausse évidence en fait : en effet, l'opposition était avant tout non pas entre deux nations, mais entre les tenants de "l'orthodoxie ou la mort" d'une part et ceux, baptisés "Turcs" qui n'avaient cette identité que par leur appartenance à l'islam : la grande majorité de ces "Turcs" étaient des autochtones grécophones convertis à l'islam depuis plusieurs générations pour des raisons essentiellement fiscales, le statut de d'himmis, "gens du livre protégés du sultan" : le statut de dhimmî  ne pesait pas lourd devant le statut de "sujet" musulman, surtout lorsqu'on n'avait d'autres moyens de vivre que la force de ses bras, comme les "Turcs" qui, rappelons-le, avaient le beau sobriquet de "Etrâk-i-bî idrak" – "Turcs dénués de conscience" – jusqu' à l'effondrement de l'Empire.[...] "

[...]"La passion tragique d'Anna et d'Ibrahim qui parcourt le récit relève de ce schème des "amours impossibles" sur fond de haine ethnique inextinguible.

Mais par-delà les tourments d'une passion littéralement indicible de l'héroïne, au sens propre et figuré, c'est le ciselé de la mise en scène d'une culture qui entraîne le lecteur ; une culture qui bégaie elle aussi entre la tradition plusieurs fois séculaire d'une civilisation ottomane impériale, l'univers des canons méditerranéens, une orthodoxie qui fut la substance de la grécité pour ne pas se dissoudre dans ce que fut la Tourkokratia qui était autrement plus complexe que ce que nous appelons "le joug ottoman".

La passion d'un amour impossible en fil d'Ariane pour l'intelligence de ce que fut une vraie passion dans les consciences turques et grecques : c'est à un beau voyage dans le temps et dans les cœurs que nous convie le récit d'Anna Hanoum. »

Altan Gokalp

 

372 pages
15 euros


adressez-nous votre chèque libellé à l’ordre de L’Ours Blanc,
28 rue du Moulin de la Pointe, 75013 Paris,
avec sur papier libre le titre de l'ouvrage, le nombre d'exemplaires,
sans oublier d’indiquer l’adresse où nous enverrons les ouvrages.

Commenter cet article