Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association  l'Ours Blanc

L'Ours Blanc est une association à but non lucratif de type "loi 1901", qui a pour objectif de regrouper 
des créateurs, artistes ou intellectuels d'expressions diverses, afin de faciliter la réalisation d'œuvres communes ou individuelles.

Ce soir, lundi 3 mai : Camille Aubaude (La Sphynge, éd. L'Ours blanc, 2009) à la « La Vénus noire »

Publié le 3 Mai 2010 par CA in Association l'Ours Blanc

Lundi 3 mai 2010 de 21h à 22h
 à la « La Vénus noire »
25 rue de l'Hirondelle, Paris VIè
M° Saint Michel

Poèmes de Camille Aubaude (La Sphynge, éd. L'Ours blanc, 2009, Chant d'ivresse en Egypte, éd. Signum, 2009)

Récitantes : Sylvia Cogan et Delphine André 

Delphine André est membre du Cercle Anna de Noailles et a interprété des poésies d’Anna de Noailles dans des Ambassades et des Centres culturels, à la SGDL, à l’'Hôtel Régina, et a fait des performances aux Beaux-Arts.

Sylvia Cogan, chanteuse de soul et de jazz, interprète des poèmes dans des bars parisiens.      

 
(Réservation indispensable au 01 43 26 09 83)
 

                                Les Cataractes
Néréides fulgurantes, mais brisées,
Voyez l'Arc séraphin de blanches nuées :
Larmes d'ange aux souffles extasiés de rose,
Ardente neige par trois fleuves enclose,
Esprit des lieux.
Toi, Sœur des Anges aux rives souveraines,
Éclate en trombes, renais des haleines
De noires Chimères ! Fumée d'eau qui bouge,
Buée rivée aux plaines de terre rouge,
Aux arbres radieux.
L'oiseau halluciné, vêtu de jaune et bleu,
Emmène au port le papillon amoureux.
Des coatis, vigies des gorges amères,
Convient aux vertiges crépusculaires
Les Parques lunaires.
Gorge du Diable aux fracas irréels :
Là sont nées les pierres aux charmes surréels.
Ce diable, Haniah, ventre pétrifié,
Grande Mère terrassée par le Guerrier
Pâmé sous les fers.
Bouche infernale où brûlent des nuages blancs,
Colonnes safran des remous, tristes chants
Des tornades : le fracas de la douleur,
Quand sous le pont des multitudes, la Peur
Tue la Nef solaire.
 
 

Extrait du Voyage en Orient (inédit)
Commenter cet article