Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association  l'Ours Blanc

L'Ours Blanc est une association à but non lucratif de type "loi 1901", qui a pour objectif de regrouper 
des créateurs, artistes ou intellectuels d'expressions diverses, afin de faciliter la réalisation d'œuvres communes ou individuelles. L'Ours Blanc, 28 rue du Moulin de la Pointe, 75013 Paris

Un nouveau Conte de notre ursidé Michel Humbert : "Une curieuse légende à Manille "

Publié le 14 Avril 2022 par Ours Blanc in Textes libres littérature

 Un nouveau Conte de notre ursidé Michel Humbert : "Une curieuse légende à Manille "
LE CERCLE FRANCOPHONE DE YANTAI SHANDONG CHINE
--------------------------------------------------------------------------

 

UNE CURIEUSE LEGENDE A MANILLE

-----------------------------------------------------

 
"  6 heures , Manille s'éveille.Le jour se lève sur la baie ; les vives lumières du port , du Bay Boulevard et des navires s'éteignent peu à peu ; les coqs s'égosillent à qui mieux mieux , annonçant au monde leur satisfaction d'avoir accompli leur devoir , une brume légère noie dans un halo les tours bordant la baie de Manille , les cargos groupés comme un troupeau de gros moutons attendent sagement leur tour de débarquer leurs marchandises ; le long des quais ,les grues aux énormes mandibules sont prêtes à avaler le contenu des flancs rebondis des vaisseaux , tandis que les voiliers et les bateaux de plaisance , tout de blanc vêtus, jouent avec les mouettes , elles aussi blanches comme des jeunes mariées .
 
Les barques des pêcheurs tirent , impatientes , sur leurs amarres , les agrès gémissent sous la brise du large , les écoles de voile telles des poussins peureux attendent en ligne les instructions ,les palmiers balancent leurs palmes au gré de la brise tiède , les oiseaux piaillant sautillent de branche  en branche. Tout est calme , il fait doux . L'air est rempli de chants fervents provenant de l'église catholique toute proche , se répandant jusqu'au ciel . L'avion du matin sur le point d'atterrir , frôle un parterre de voiles sur la mer tel un papillon voletant de fleur en fleur ...
 
Mes amis philippins me font découvrir Manille  ,  ses embouteillages assourdissants de petits autobus bariolés  , ses pittoresques calèches emmenant des touristes ravis au trot d'une agile Rossinante , ses parcs fleuris  de frangipaniers , bougainvilliers , manguiers  , dispersant de toutes parts des arcs-en- ciel de couleurs chatoyantes  , de nuances irisées jaunes et orangées et d'agréables arômes ....
 
Nous visitons  le quartier appelé "Intramuros ", qui s'étend à l'intérieur d'une redoutable enceinte médiévale , faite de murailles épaisses , armées de canons pointés vers l'extérieur ,prêts à dissuader  les dangereux pirates de jadis ....
 
18.15 : le crépuscule envahit soudainement la ville , la baie et la mer comme une cape jetée à la volée , les lumières jaillissent des navires , les petits yachts allument leurs fanaux , la ville et la baie s'illuminent , les palmiers penchent vers la mer déjà endormie ... Les Philippins s"éveillent à la nuit douce .
 

Mes amis rentrent chez eux ;  resté  seul , je décide de me promener  aux alentours des quais encore bruissants d'activités .Je marche lentement dans la pénombre , attentif aux monceaux de câbles , de cordages et aux bittes d'amarrage  .

 

J'arrive devant une taverne du port de débarquement des passagers  à l'entrée de laquelle , assis dans un vieux fauteuil d'osier , trône un géant flibustier  barbu , foulard rouge autour du cou ,cheveux en catogan , boucles d'oreilles tintinnabulantes ,  lourdes paupières opaques , bras noueux tailladés de tatouages mystérieux ...

 

Il me fait  signe  de pénétrer dans son antre ; curieux et candide , je me retrouve dans un estaminet décoré de naïves peintures de dragons grimaçants aux griffes acérées  et éclairé de lanternes pourpres se balançant irrésolues au gré de la légère brise  .  De jeunes matelots boivent de la bière et des tord-boyaux tout en discutant et plaisantant entre eux, tandis que de vieux loups de mer fument  leur pipe , tout en trinquant avec la patronne-matrone  ,elle- aussi  munie d'un imposant calumet .....

 

Soudainement , un jeune mousse entre précipitamment , tout essoufflé, et hurle à la ronde :" j'ai été suivi par un fantôme , j'ai eu peur , je me suis enfui , me voilà .... "

 

 Comme j'étais stupéfait et perplexe , le vieux flibustier de m'expliquer tranquillement : " ce sont des êtres invisibles  , des esprits  , émanant ,dit-on , de prisonniers enfermés et oubliés jadis dans les cachots de la vieille forteresse ....Ils  sont inoffensifs  , ils pleurent , ils  gémissent , ils  suivent parfois les passants comme s'ils  cherchaient de l'aide . C'est assez impressionnant".....

 

Sur mon chemin de retour , sans doute troublé par les paroles du vieux pirate , je crus parfois apercevoir des lueurs éphémères dans l'épaisseur du hallier , je crus sentir  des frémissements , entendre des glissements , des murmures  ...

 

Etait-ce une illusion , un pur produit de mon imagination , une chimère des feuillages bruissant dans le vent ?...

   Le lendemain , comme je racontais ma soirée , mes amis philippins me confirmèrent le mythe de ces entités , que l'on ne voit pas , mais que l'on peut parfois sentir , entendre ....

Est -ce une fable ?  Les légendes ne sont - elles pas souvent des réalités  très anciennes ?  Qui sait ? "

 

Michel Humbert

   11 avril 2022

Commenter cet article