Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Association  l'Ours Blanc

L'Ours Blanc est une association à but non lucratif de type "loi 1901", qui a pour objectif de regrouper 
des créateurs, artistes ou intellectuels d'expressions diverses, afin de faciliter la réalisation d'œuvres communes ou individuelles. L'Ours Blanc, 28 rue du Moulin de la Pointe, 75013 Paris

"Chaque soir je réunis le troupeau de mes douleurs" par Frrançois Lebert

Publié le 17 Novembre 2020 par Ours Blanc in Textes libres poésie

"Chaque soir je réunis le troupeau de mes douleurs" par Frrançois Lebert

"On parle de le douleur de vivre. Mais ce n'est pas vrai,

c'est de la douleur de ne pas vivre qu'il faut dire."

Camus à René Char

 

« C'est la joie seule et non l'acceptation de la tristesse qui apporte la paix. »

Paul Claudel dans le Soulier de satin

 

Mardi 17 novembre 2020

 

Hello everybody !

Come on everybody !

Rock'n'roll will never die !!!

 

Récapitulatif de base.

Je regarde le monde par le trou de ma serrure.

Avec mon crayon, sans faire de bruit, sans rien détruire,

je transforme mes colères en petits dessins ou en petites phrases inoffensives...

Plutôt que de poser des bombes, je préfère poser des questions, chaque texte,

chaque dessin en est une, une question de survie !!!

 

Tandis que les girafes se carapatent,

je plonge dans l'inconnu(e)...

 

J'aime lire...

Quand j'ouvre un livre, je reçois la vie d'un autre ou d'une autre,

et même après l'avoir refermé, son histoire continue de vivre en moi...

Je suis devenu moi et les autres !

 

Est-ce que quelqu'un nous guérira du virus de l'intelligence artificielle ?

J'ai lu dans le NR de lundi dernier ce titre : « Un monde d'après déshumanisé ».

La culture du tout à l'écran liée au Covid serait dangereuse pour notre humanité...

 

Où va-t-on ?

Nul ne le sait, et moi non plus, je ne sais pas où je vais, ah bon, je vous l'avait déjà dit ?

Bon ben je continue à le dire... Je m'en vais au vent mauvais...

Mais je ne sais toujours pas où !

 

Oui ami Claude mes pompes sont funèbres,

et je les dépose respectueusement à tes pieds.

Sache que même en temps crise, le gruyère avec des trous

reste au même prix que celui qui n'en n'a pas...

 

Un virus, c'est capable de tout, même de faire une grande carrière internationale...

 

Chaque soir je réunis le troupeau de mes douleurs

car pour passer la nuit ensemble confortablement, on se serre très forts les uns contre les autres.

 

Fourbue après une longue transhumance, une brebis égarée s'est allongée

contre le flanc de la montagne.

 

Il n'est jamais trop tard pour être heureux.

 

Paco Quasimodo

Commenter cet article