Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Association  l'Ours Blanc

L'Ours Blanc est une association à but non lucratif de type "loi 1901", qui a pour objectif de regrouper 
des créateurs, artistes ou intellectuels d'expressions diverses, afin de faciliter la réalisation d'œuvres communes ou individuelles. L'Ours Blanc, 28 rue du Moulin de la Pointe, 75013 Paris

Un nouveau recueil de notre ursidé Philippe Ayraud

Publié le 10 Mai 2016 par Ours Blanc in Nos Ursidés publient

Nos disparus suivi de Mille couleurs

de notre ursidé Philippe Ayraud

Photographies couleur : Luc Vidal

Editions du Petit Véhicule / catégorie beaux livres / Tirage limité

 

Il ne sera pas disponible en librairie,

Commandes : 20 euros auprès de L'Ours Blanc qui transmettra à l'auteur

ou 22 euros par correspondance auprès du Petit Véhicule

Un nouveau recueil de notre ursidé Philippe Ayraud

FLORILEGE

 

C’est un piano qui joue Chopin

Un accordéon dans l’hiver

Modiano qui écrit sans fin

La même ode à Dora Bruder

Nos disparus

C’est cent ans de solitude

Qui tiennent tout entier dans une heure

C’est la jachère des habitudes

Dans les mortes saisons du cœur

Nos disparus

 

(Extrait du poème Nos disparus)

 

Le chagrin c’est un proxénète

Qui te pose là sur un trottoir

Et qui compte le soir sa recette

En dividendes du désespoir

 

(Extrait du poème Le chagrin)

 

Ecrire avec le fil acéré du couteau

Ecrire sur le fil barbelé des ghettos

Ecrire sur le temps qui s’est levé trop tôt

Ecrire sur l’attente qui martèle le tempo

 

(Extrait du poème Ecrire)

 

Comment me mesurer  à toi

Moi qui professe ni Dieu ni mètre

 

(Extrait du poème Comment)

 

J’aime bien la nature de mes tourments

Et cette blessure qui m’attend au tournant

J’aime bien cette pierre qui roule et ses rebonds

Le verre de vin qui soule Mon Dieu qu’il était bon

 

(Extrait du poème Ticket gratuit)

 

Dis-donc l’Histoire à quoi tu joues

A mettre en joue ta propre histoire

De mille couleurs se fardent tes joues

Quand le sang coule de ta mémoire

 

(Extrait du poème Mille couleurs de l’Histoire)

Commenter cet article